Le Chant d’Amergin

Publié le 5 Février 2016

Le Chant d’Amergin

- Le Chant d’Amergin -

 

"Je suis le vent sur la mer.
Je suis la vague de l’océan.
Je suis le son du ressac.
Je suis le cerf à sept cornes.
Je suis le faucon sur la falaise.
Je suis la goutte de rosée dans la lumière du soleil.
Je suis la plus belle des fleurs.
Je suis le sanglier en rage.
Je suis le saumon dans le bassin profond.
Je suis le lac sur la plaine.
Je suis la signification du poème.
Je suis la pointe de la lance.
Je suis le Dieu qui suscite le feu dans la tête.
Qui nivelle les montagnes ?
Qui dit l’âge de la Lune ?
Qui s’est rendu là où dort le Soleil ?
Qui, si ce n’est moi ?"

 

Le Lebor Gabála Erenn, récit cosmogonique relatant les invasions successives de l’Irlande par des peuples mythiques, puis finalement par les humains, relate que ces derniers purent accoster sur l’île sans encombre, la nuit de Beltaine (nuit du 1er mai) grâce à un chant qu’entonna l’un des leurs, Amergin Glungel (« Amorgen aux blancs genoux »).

 

 

Source : http://iridescences.com/bruissements/le-chant-damergin/

Rédigé par Aedán Myrddin

Repost 0
Commenter cet article